Dernières actus

Biographie

3Joseph Ortega (1923-2001)
Joseph Ortega est né le 29 juillet 1923 à Hennaya (village proche de Tlemcen), Algérie. Il est décédé le 1er mars 2001, à Béziers.
Il a dû arrêter ses études au niveau du Certificat d’Etudes Primaires. Sa famille étant pauvre, il a commencé à travailler dès l’âge de 13-14 ans. Ce qui ne l’empêchait pas de lire tout ce qu’il pouvait trouver autour de lui, et de chercher sans cesse à améliorer son français.
Il a participé, durant la seconde guerre mondiale, à la « Campagne d’Italie », puis à la «Campagne Rhin et Danube ». Il est blessé gravement le 25 avril 1945, à Belha, en Allemagne.
De retour en Algérie, il passe avec succès, le concours d’entrée à la « Banque d’Algérie ».
Père de quatre enfants, son épouse, était « mère au foyer ». Il fut un époux exemplaire et un employé irréprochable.
A la fin de la «Guerre d’Algérie », toute la famille rejoint la France. Il intègre alors la « Banque de France », où il occupera le poste de secrétaire-comptable archiviste, jusqu’à son départ à la retraite.
Joseph a été un excellent père de famille, ainsi qu’un grand-père toujours accueillant et disponible. Ce fut un homme de responsabilité et de devoir. L’amour pour son épouse, et l’amitié des autres, auront toujours été ce phare spirituel irremplaçable qui permet de rentrer, chaque jour, « à bon port ».
Ce n’est que tout récemment que j’ai pris la décision de rassembler « les carnets de guerre » laissés par mon père, et de les recopier au propre. J’ai volontairement respecté ces écrits, en laissant le texte intact, (y compris les fautes d’orthographe). Il a fallu bien des circonstances miraculeuses, pour que ces carnets nous parviennent. Mon père ne parlait jamais de leur existence, il n’était pas homme à se vanter de « ses exploits guerriers ».
Il aura, tout au long de sa vie, profondément aimé la France. Cela est sensible à qui sait lire ces carnets avec une suffisante attention.
Cette France, qu’il aimait tant, aura représenté pour lui, le pays des vertus républicaines, des idéaux démocratiques, des droits de l’Homme, de la dignité humaine. Mais, peut-être, plus encore, le pays de la Culture et des Arts.

 

C’est pour que la barbarie nazie n’emporte pas tout cela aux « gouffres du néant », qu’il a rejoint le Corps expéditionnaire français en 1943.
Le sens profond de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité entre les Hommes, ne se paie pas de mots. Il se paie seulement d’actes.
Yves Antoine Ortéga

Présentation des carnets de guerre

983801_10202854307899525_5970931803879252779_nPublication des carnets de guerre de Joseph Ortega, écrits entre 1943-1945. Ces petits carnets sont restés pendant des années dans une modeste valise discrètement rangée dans un placard de l’appartement de Joseph et de son épouse à Béziers! Nul ne s’en était préoccupé, car personne ne savait que Joseph avait fixé la mémoire de ses épisodes douloureux dans de petits cahiers et carnets qui gisaient en silence dans cette valise ….. C’est au moment du décès de Joseph, que » le trésor » fut découvert ! Belle occasion de redonner vie à Joseph. En ouvrant ces pages de souvenirs au plus grand nombre, en utilisant les vecteurs d’informations d’aujourd’hui : réseau social, blog, site internet! Une rencontre entre les enfants de Joseph et moi-même, suffit pour insuffler l’élan….notre enthousiasme et notre conviction allaient faire le reste…Ce jour, mardi 9 septembre 2014, la page facebook est née, certes, mais non sans susciter de toute évidence, doute, hésitations. Une évidence lorsque l’on n’ est pas rompu à ce genre d’exercice! Je sais combien vous êtes tous compréhensifs, coopérants et généreux; et serez indulgents ! Ces pages s’enrichiront de vos questions, de vos commentaires, de vos documents, de vos découvertes! Nous partîmes trois…. de Troyes, mais nous arriverons, j’en suis persuadée, à constituer une belle « compagnie » au fil du temps! C’est une belle aventure solidaire qui commence au nom de Joseph et de toux ceux qui se sont battus pour notre LIBERTE!

Daniele Mendak-Noble